Diffusion de l’entretien accordé à France-Culture par le Représentant de Taiwan en France

C’est ce matin à 6h45 qu’a été diffusé l’entretien accordé récemment par le Représentant de Taiwan en France Ambassadeur ZHANG Ming-Zhong à Thierry GARCIN, producteur de l’émission Les Enjeux internationaux diffusée sur France-Culture du lundi au vendredi.

 

Cette fois, l’échange a porté sur les relations entre Taiwan et les différents pays européens, et notamment la France. On y apprend entre autres que l’Europe dans son ensemble est le premier investisseur étranger à Taiwan, et ce depuis de longues années. Taiwan souhaite aussi ardemment pouvoir conclure un accord de coopération économique avec l’Union européenne pour faire pendant à l’avantage dont bénéficient les produits coréens après la signature d’un accord de libre-échange entre la Corée et l’Europe en 2011.

 

L’émission peut être écoutée sur le lien suivant : http://www.franceculture.fr/emissions/les-enjeux-internationaux#

 

Et voici le texte intégral de l’émission :

Taiwan. Les relations avec l’Europe.

 

 

Bonjour Thierry,

 

Bonjour Emilie !

 

Vous interrogez aujourd’hui votre invité sur les relations qu’entretient Taiwan avec l’Europe.

 

Thierry GARCIN : Voilà, c’est important, et on peut réécouter toutes les émissions que nous avons enregistrées à Taiwan sur franceculture.fr émission Les enjeux internationaux. Il y a eu la victoire, le 16 janvier dernier, de la candidate TSAI Ying-wen qui avait été investie en compagnie du Vice-Président le 20 mai dernier. Il s’agit de la première Présidente du pays, au profit du parti démocrate progressiste, qui détient aussi la majorité absolue au Yuan législatif. C’est d’ailleurs la troisième alternance politique. La Présidente TSAI a succédé au Président MA du parti Kuomintang, le parti historique. Le Président MA était resté au pouvoir deux fois quatre ans. Il a été un grand artisan d’un rapprochement décidé et constant avec la Chine continentale. La Présidente a d’abord insisté sur les priorités économiques et sociales, ainsi que sur la politique étrangère, les liens avec Pékin, bien sûr, le renforcement des échanges économiques avec les voisins, dont surtout les pays d’Asie du Sud-Est et l’Inde. Elle sait que la relation avec l’Europe est aussi importante, loin d’être négligeable. Le Vieux Continent pris comme un tout est le premier investisseur dans l’île, 34 milliards de dollars. La Présidente TSAI plaide d’ailleurs pour la signature d’un accord sur les investissements. La France, elle, est le 4ème partenaire commercial de Taiwan avec 4 milliards de dollars, derrière l’Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni. Sur l’ensemble de ce dossier, ZHANG Ming-Zhong, Directeur du Bureau de Représentation de Taipei en France :

 

ZHANG Ming-Zhong : L’Europe est le premier investisseur à Taiwan depuis 1952. Et jusqu’à présent, l’Europe a déjà investi 34 ,4 milliards de dollars américains à Taiwan. Ensuite, Taiwan est un partenaire de 50 milliards de dollars américains pour l’Europe. Probablement, nous ne sommes pas le partenaire le plus important pour l’Europe, mais Taiwan est un partenaire fiable, qui peut apporter un partenariat dans le domaine de l’innovation, surtout dans l’innovation scientifique. Troisièmement, Taiwan est toujours un bon élève de l’Europe à travers les différents programmes, y compris actuellement ce qu’on appelle l’horizon 20-20, nous sommes un bon collaborateur de l’Union européenne.

 

Thierry GARCIN : Alors j’ai noté par ailleurs, c’était dans un discours que vous avez prononcé Monsieur ZHANG, pour les Européens, dans les investisseurs, il y avait d’abord l’Allemagne, puis les Pays-Bas, puis l’Italie, et en quatrième seulement, peut-être loin derrière je ne sais pas, la France.

 

ZMZ : La France est notre 4ème partenaire commercial en termes de volume, effectivement après l’Allemagne, les Pays-Bas et la Grande-Bretagne. La France est au quatrième rang, et ensuite très souvent c’est l’Italie. Et ce classement reste inchangé, à peu près inchangé depuis 20 ans.

 

TG : Alors, en-dehors des investissements, quels sont les secteurs d’activité et les domaines qui sont privilégiés dans les échanges entre Taiwan et l’Europe ou certains pays européens et dans les échanges entre certains pays européens et Taiwan ? Qu’est-ce qui intéresse Taiwan, et qu’est-ce qui intéresse les pays européens commerçant avec Taiwan ?

 

ZMZ : Comme je l’ai dit tout-à-l’heure, c’est surtout dans le domaine de l’innovation. Vous connaissez bien la situation à Taiwan. Les partenaires traditionnels sont les Etats-Unis, le Japon, etc. Et dans les différents domaines, nous pouvons suivre ces deux pays très industrialisés, très développés, pour ne pas trop, disons, rester derrière. Mais dans le passé, nous n’avons probablement pas accordé une attention suffisante à l’Europe. Parce que l’Europe, avec sa diversité culturelle et scientique et dans le domaine de l’innovation, vous êtes très très avancés dans le monde. Prenez un exemple, Taiwan est un petit pays, pour essayer d’être à la hauteur parmi les vingt premiers, il faut prendre l’exemple, par exemple, de la Finlande, des Pays-Bas ou bien la Suède, la Suisse. Tous ces pays sont tellement compétitifs sur le marché, ou bien dans le domaine de l’innovation... Donc je crois que l’Europe peut être un bon exemple pour Taiwan.

 

TG : Est-ce qu’à Taiwan, on pense que l’Europe est plutôt un ensemble politique, en crise évidemment en ce moment, ou un ensemble essentiellement économique, et bien sûr, scientifique et technique ?

 

ZMZ : Non pas seulement économique, mais nous pouvons travailler essentiellement dans le domaine économique comme dans le passé. L’Europe peut aussi jouer un rôle très positif pour garantir ou essayer d’aider les différentes parties pour maintenir la stabilité et la paix dans le détroit de Taiwan ou bien dans la zone de l’Asie orientale.

 

TG : Pourquoi est-ce que les rapports avec la France sont intéressants pour Taiwan ?

 

ZMZ : La France est depuis très longtemps notre deuxième partenaire scientifique, juste derrière les Etats-Unis. Par exemple, dans les années 1980, c’était l’Institut Pasteur qui, à travers SANOFI, a introduit le vaccin contre l’hépatite B, qui a sauvé beaucoup de vies à Taiwan. A l’époque, nous avons sollicité une coopération bilatérale et ensuite nous avons demandé le transfert technologique, et aujourd’hui ce genre de vaccin est produit localement. L’année dernière, il y a eu une épidémie de dengue, et c’est aussi la société SANOFI qui a mis au point, qui a developpé avec succès le premier vaccin dans le monde, et qui est aujourd’hui commercialisé au moins au Mexique et aux Philippines. Et nous souhaitons introduire la technologie, ou bien une coopération avec la société SANOFI dans ce domaine. L’année dernière, j’ai visité près de Lyon l’usine de production de SANOFI. C’était impressionnant. Je crois que nous pouvons aussi travailler dans le domaine de la biomédecine.

 

TG : Et quelles sont principales attentes, à Taiwan, à l’égard de l’Europe en général, des attentes économiques, des attentes scientifiques et techniques, peut-être aussi des attentes culturelles ou artistiques, je ne sais pas, quelles sont vos priorités ?

 

ZMZ : La priorité des priorités pour nous, c’est de conclure le plus tôt possible un accord de coopération économique, tenant lieu d’un accord de libre-échange, parce que nous n’avons pas de relations diplomatiques avec l’Union européenne. A travers ça, je crois que nous pouvons être compétitifs avec les autres partenaires commerciaux de l’Union européenne en nous trouvant sur un pied d’égalité. Aujourd’hui, un produit taiwanais a de plus en plus de mal à concurrencer un produit coréen sur le marché européen. Pourquoi ? Parce que depuis 2011, l’accord de libre-échange entre la Corée du Sud et l’Union européenne prend effet. Et donc c’est un désavantage pour les produits taiwanais.

 

TG : Voilà, c’était donc ZHANG Ming-Zhong, du Bureau de Représentation de Taipei en France.